Que visiter au Vietnam

 

Que visiter au Vietnam? C’est une question épineuse compte tenu de la diversité du pays ! Serpentant sur 1650km le long de la côte, le Vietnam est un pays tout en longueur, qui recèle une grande variété de villes et de paysages. Entre les pentes abruptes de ce massif montagneux et les paisibles méandres du delta dul Mékong, le Vietnam offre de superbes paysages contrastés. Ses attraits sont multiples : patrimoine architectural, villes étonnantes, gastronomie réputée mais aussi nature verdoyante avec forêts, rizières et bambouseraies.



Que visiter dans l’Extrême Nord Vietnam

Sauvage et indomptable, l’extrême Nord ne se livre qu’à ceux qui acceptent de sortir de la zone de confort. C’est ici que se concentrent les ethnies minoritaires dont les ancêtres viennent de la Chine voisine. Si vous souhaitez sillonner la région, il faut prévoir suffisamment de temps. À cause d’une multitude de cols et routes sinueuses, les déplacements ne sont pas toujours aisés.

Que visiter dans ces contrées lointaine? C’est surtout la diversité des traditions qu’il faut viser. La présence des ethnies, pourtant nombreuses, ne se remarque pas tout de suite. Toutes les ethnies ne portent pas nécessairement les habits traditionnels au quotidien. Pour aller à leur rencontre, aventurez-vous dans les villages isolés et n’hésitez pas à passer la nuit chez l’habitant.  

Nord Vietnam et Delta du Fleuve Rouge

Les régions dans la plaine du Nord Vietnam offrent des paysages contrastés. Une variété de paysage se succède : montagnes aux pics acérés, rizières fertiles et jungle luxuriante, et une côte tournée vers la Baie d’Halong . Loin de la foule des banlieues, vous pénétrez dans les régions pittoresques au calme immuable. Ici, les eaux alluvionnaires du Fleuve Rouge arrosent les rizières d’un vert vif et les vergers. Dans les villages isolés, la vie s’organise autour de la maison communale où les traditions se perpétuent depuis des siècles.

Hanoi, la tumultueuse capitale

Que visiter dans cette capitale de 8 millions d’habitants? Échappant à tous les stéréotypes, la ville a su conjuguer sa culture millénaire, le charme de son passé colonial et le goût du jour. Avec son centre historique à la française, l’abondance de ses arbres et lacs, Hanoi joue les romantiques. La ville se démarque ainsi des autres villes asiatiques. On vous conseille de passer au minimum deux jours sur place pour découvrir les incontournables d’Hanoi.

Pagode des parfums 

Haut lieu du pèlerinage bouddhiste, le site réunit des dizaines de pagodes et temples. Une barque à rames vous conduira sur les eaux limpides de la rivière Yen. Pendant la balade fluviale, vous traversez des paysages dominés par les reliefs karstiques. Dans les sanctuaires pétrifiés, les concrétions, aux formes fantasmagoriques, composent un tableau mystérieux. Puis c’est l’ascension au sommet d’une montagne où vous profiterez d’un panorama à  couper le souffle. En haut, les édifices s’abritent dans les grottes et falaises de calcaire. Dans la pénombre d’une immense caverne, vous apercevrez de nombreuses statues de bouddha dorées et des autels dédiés aux offrandes.

Ile de Cat Ba et la baie de Lan Ha

que visiter au vietnam

Que visiter dans cette extension géologique méconnue? Située juste à côté de la Baie d’Halong, l’île de Cat Ba offre une belle alternative par rapport à sa voisine trop polluée. La zone possède des paysages fantastiques alternant collines tapissées d’une forêt luxuriante, mangrove et marais d’eau douce. À l’heure actuelle, un village de pêcheurs reste encore intact, ce qui ajoute l’authenticité du lieu.

L’avantage de l’île de Cat Ba reste dans la diversité des activités. Pour la partie maritime, on peut faire une croisière authentique dans la baie de Lan Ha. La navigation permet d’explorer des lagons, des criques sauvages et des plages désertées. Sauter dans un kayak et pagayer d’un endroit à l’autre devrait vous procurer de mémorables souvenirs. Les croisières se font à bord de bateaux à moteur standard en bois, équipés de couchettes. De petite taille, il s’agit souvent des bateaux de pêche reconvertis et aménagés.

Pour la partie insulaire, on peut découvrir le Parc National situé au milieu de l’île. Divers sentiers entraînent les randonneurs dans les profondeurs de la forêt. La varappe vous réserve des moments bien plus forts, les sommets offrent de superbes panoramas.

Ninh Binh et la Baie d’Halong terrestre

C’est ici que se trouve la majestueuse capitale historique de Hoa Lu. Le voile de poussière qui recouvre Ninh Binh provient des carrières qui emploient la majeure partie des habitants.

Que visiter dans le Centre Vietnam et littoral

Modeste par la taille, le Centre n’a toutefois pas fini de vous étonner. Cette étroite bande de terre recèle, en effet, pas moins de 3 sites classés au Patrimoine mondial de l’humanité. Au fil des guerres incessantes, cette région se veut le symbole de la riche histoire du pays. La capitale impériale de Hue vous racontera l’épopée de ses rois. Plus au Sud, Hoi An vous séduira par son charme désuet. Occupant la majeure partie du centre, l’ancienne civilisation Champa laisse de nombreux vestiges dont les tours en brique de My Son. Que vous soyez amateur de vieilles pierres, épris de découverte de civilisations anciennes, ou de farniente au bord de l’eau, vous devriez trouver votre bonheur.

Hue – ancienne cité impériale

que visiter au vietnam

Siège de la dynastie des Nguyen, la cité s’étire sur une étroite bande de terre, enserrée entre la côte et la chaîne annamite. Que visiter au-delà des vieilles pierres? La richesse de son histoire et de sa culture, de même que la beauté des paysages qui émaillent la rivière des Parfums, lui donne un charme fou. Contrairement à d’autres dynasties vietnamiennes, les rois Nguyen n’inhumeront pas les membres de leur famille dans le village natal, mais sur les collines bordant la rivière des Parfums. Des 13 souverains qui comptent la dynastie, seulement 7 ont droit de reposer en paix dans cette vallée.

Zone démilitarisée (DMZ)

S’y sont déroulés des combats les plus sanglants de la guerre américaine. La zone porte toujours les traces de cette tragédie. Une route de campagne traverse des champs de bataille et les sites d’anciennes bases militaires américaines. La végétation commence tout juste à se remettre des 100,000 tonnes de bombes chimiques déversées à l’époque.

La plupart des voyageurs parcourent la zone démilitarisée dans le cadre d’une excursion en car au départ de Hue. Si cette formule présente un avantage financier, elle suppose que vous passiez de longues heures en transit. Si vous avez du moyen, il vaut mieux prendre une visite privatisée. Que visiter dans cette région, en plus des vestiges de la guerre? C’est certainement la rencontre avec des témoins vivants

Hoi an – ancien port maritime

Pendant des siècles, l’ancien Faifo compte parmi les principaux ports de commerce en Asie du Sud-Est. La cité jouait un rôle clé dans les échanges culturels entre l’Europe et l’Orient. Son centre historique fut classé par l’UNESCO en 1999. Les maisons colorées aux façades patinées conjuguent architectures chinoise, japonaise, française et vietnamienne. Le pont couvert japonais, les villas coloniales françaises et les nombreuses congrégations chinoises symbolisent leur culture respective. Nulle part ailleurs qu’à Hoi An, vous ne rencontrerez une telle concentration d’exemples architecturaux et un tel métissage. Que visiter si on fait déjà le tour de la vieille ville? La campagne et les plages, bien sur!

Phan Thiet et les dunes de Mui Ne

Sa proximité avec le désert de Binh Thuan lui vaut de bénéficier d’un des climats les plus secs et les plus venteux de l’Asie du Sud-Est. C’est le paradis pour les amateurs de surf. À 3km au nord du village : dépaysement garanti : des dunes qui se parent de teintes orange au coucher du soleil composent un tableau digne du désert saharien.

Que visiter dans le Sud Vietnam et Delta du Mékong

La région fertile et souriante, résonne de légende à la mesure du fleuve qui lui a donné son nom. On goûte aux déambulations vespérales le long des promenades aménagées sur les bras du fleuve. On allume des bâtons d’encens dans les temples, on fréquente les marchés.

Saigon – ancienne Perle d’Orient

Cosmopolite, dynamique, Ho Chi Minh ville vous entraîne dans son tourbillon sans pour autant ignorer l’héritage légué par Saigon qui lui donne ce charme si particulier. Cette cite fascinante, résolument tournée vers l’avenir, a derrière elle un passé mouvementé, que seul le nom de « Saigon » suffit à faire resurgir. Son histoire tumultueuse, marquée tour à tour par les Français, Chinois, Américains et Soviétiques, lui a forgé un caractère bien à elle. Que visiter dans cette mégalopole moderne? C’est surtout le mode de vie des habitans qu’il faut chercher

Ben Tre, royaume des cocotiers

que visiter au vietnam

Cernée par les rivières My Tho et Co Chien, la région est accessible uniquement par bateau. Sillonnée par d’innombrables canaux , elle offre des conditions idéales à la riziculture. De vastes rizières s’y disputent le territoire avec les cocoteraies, la province détenant le record national du nombre de plantations de cocotiers.

Son chef-lieu Ben Tre, dont le nom fait référence aux vaisseaux en bois qui y mouillaient autrefois, se situe au bord de la rivière Ham Luong. Une excursion en bateau vous donnera un aperçu de la réalité de la vie au fil de l’eau. Vous verrez un peu partout des vergers et des cultures fruitières.

Can Tho et ses marchés flottants

que visiter au vietnam

La ville est un port fluvial prospère, animé en permanence par le ballet des cargos en provenance de Hong Kong. On y déverse des produits manufacturés et repart avec des cales remplies de riz et de fruits exotiques. Véritable plaque tournante, Can Tho déborde littéralement de vie.  La ville se vante de posséder le plus important marché de fruit du Delta du Mékong. Non content d’occuper des halles installées à l’angle des rues Hai Ba Trung et Nam Ky Khoi Nghia, celui-ci envahit le trottoir.

Rien n’est plus plaisant qu’une promenade en bateau sur la rivière Hau jusqu’aux marchés flottants des environs. L’excursion pour Cai Rang exige de se lever à l’aube. Royaume du commerce de gros, ce marché flottant réunit des embarcations en tout genre. Une source d’inspiration inépuisable pour les photographes amateurs.

Chau Doc et ses influences khmères

que visiter au vietnam

Commune voisine de la frontière cambodgienne, Chau Doc est le principal point de passage de croisière entre les deux pays. La ville doit sa renommée à ses villages flottants. Les habitants logent dans des maisons sur pilotis amarrées par des cordages à des poteaux enfoncés profondément dans le lit du fleuve. Bon nombre d’entre eux subsistent grâce à la pêche. Ils capturent et élèvent des poissons dans les nasses en métal.

Sadec et le village horticole

que visiter au vietnam

Baptisée « le jardin de la Cochinchine », la petite ville de Sadec est immortalisée par le roman de Marguerite Duras. Par contre, il ne reste guère de vestiges de l’époque coloniale. Le vrai intérêt de Sadec reste dans l’horticulture. C’est la plus grande des pépinières dans le Delta du Mékong. Si les roses sont la spécialité du lieu, y sont cultivés aussi les œillets, orchidées, etc. Lors de la fête du Tet, la zone est particulièrement animée. 

Sites classés UNESCO

Depuis 1993, le Vietnam est très actif  dans la préservation de son patrimoine. Présentement, le pays compte 8 sites classés par l’UNESCO. Ils sont divisés en deux catégories : culturel ou naturel. Voici la liste complète des sites :

  • Baie d’Halong (naturel)
  • Citadelle impériale de Thang Long (culturel)
  • Complexe paysager de Trang An (naturel)
  • Citadelle de la dynastie Ho (culturel)
  • Parc National de Phong Nha (naturel)
  • Ensemble des monuments de Hue (culturel)
  • Centre historique de Hoi An (culturel)
  • Sanctuaire de My Son (culturel)

Force est de constater que tous les sites sont concentrés dans les régions du Nord et du Centre Vietnam. La tendance va encore s’accentuer pour les années à venir. En effet, le Vietnam continue à soumettre de nouveaux sites du Nord Vietnam à l’UNESCO. Le gouvernement a déjà monté un dossier pour le Mont Yen Tu et le lac Bac Be. On verra le résultat final lors du prochain sommet de l’UNESCO en 2023.

Pourquoi la richesse du patrimoine se trouve-t-elle plutôt dans le Nord et le Centre du Vietnam?  On peut trouver deux explications. D’abord, l’identité culturelle du Vietnam s’est forgée dans un premier temps au Nord du Vietnam. Plus on avance vers le Sud, plus les anciens vestiges sont rares. Pour ceux qui aiment la «vieille pierre», c’est résolument dans le Nord et Centre du Vietnam qu’il faut viser.

C’est dans cette région fertile que les premières dynasties royales du pays se sont installées. Entre le 10e et 17e siècle, les rois ont fait construire des sites les plus anciens, y compris les citadelles, résidences et édifices religieux. C’est ainsi que le Nord du Vietnam possède naturellement beaucoup plus de vestiges historiques que le reste du pays. En ce qui concerne le Centre, la région fut annexée et peuplée à partir du 17e siècle. C’est au cours du 19e siècle que trésor patrimonial  s’est enrichi sous la dynastie Nguyen. Les rois ont choisi Hue comme capitale impériale et tout un système d’édifices autour de la cour.

La deuxième raison réside dans la diversité naturelle que possèdent les régions du Nord et du Centre Vietnam. La moitié septentrionale du pays est dominée par les massifs montagneux et une myriade de cours d’eau. Ainsi, la nature a façonné une large variété de paysages : grottes souterraines, pitons karstiques, plateaux calcaires, canyons, rizières en terrasses, vallées accidentées, etc. Visiblement, le kaléidoscope naturel plaît à l’UNESCO. En termes de l’impact de l’homme sur le nature, le Sud du Vietnam est beaucoup plus jeune. C’est seulement à partir du 20e siècle que les terres sauvages du Delta du Mékong furent urbanisées sous la colonisation française.

Puisque tout le patrimoine de l’UNESCO est concentré dans la moitié Nord du Vietnam, c’est assez pratique pour monter un voyage. Vous remarquerez que la plupart des circuits au Vietnam passent par les 04 sites majeurs : la Baie d’Halong, les monuments de Hue, la vieille ville de Hoi An et le sanctuaire de My Son. La raison est parce que les infrastructures sont mises en place pour faciliter l’accès au patrimoine. En deux semaines, vous pouvez faire le tour.  

Points chauds du tourisme de masse

Parmi tous les sites à visiter au Vietnam, vous remarquerez que vous n’avons pas du tout mis en avant plusieurs fleurons touristiques du pays. En effet, il n’y a ni la Baie d’Halong, ni Sapa, ni la vallée de Mai Chau, ni l’île de Phu Quoc dans notre guide. Ce choix atypique est justifié par le fait que tous ces sites sont proies au tourisme de masse. Propulsée par le court-termisme économique, la situation s’est aggravée depuis une dizaine d’années. Suite à un nombre incalculable de voyageurs déçus, il est nécessaire de vous mettre en garde en toute transparence.

Victimes de leur succès, les « points chauds » du tourisme vietnamien s’effondrent face à des hordes de touristes. Armés de caméras et de déchets, ils polluent des sites et déséquilibrent la culture locale. Cette honteuse réalité est souvent camouflée par les médias qui préfèrent valoriser la beauté exceptionnelle des lieux. Sur la carte du monde du tourisme de masse, la Baie d’Halong et Sapa sont pointées du doigt. En pratique, il y en a plus que ça! Nous avons carrément un article qui décrit en détail les 7 endroits victimes du tourisme de masse au Vietnam. Ici, on se contente de faire une synthèse.

  • Baie d’Halong : c’est le meilleur exemple d’un joyau qui paie cher pour son succès touristique. Géré de façon anarchique par les autorités locales, le site est saturé de bateaux et de constructions bétonnées. Pour comprendre comment on est arrivé à cet état lamentable, consultez notre article sur le tourisme de masse dans la Baie d’Halong.
  • Sapa: la tranquillité de l’ancienne station d’été cède la place au son des pics et marteaux en permanence. Le joli centre historique va bientôt disparaître en faveur des tours laides et inutiles. Les ethnies minoritaires sont réduites à l’esclavage pour servir le fantasme des touristes sur l’authenticité des H’mong. Nous avons perdu définitivement le charme de Sapa dont l’âme a été vendue au tourisme de masse
  • Vallée de Mai Chau : C’était une alternative de Sapa à la fin des années 2000. La situation a dérapé à partir de 2010 avec l’émergence de la clientèle vietnamienne. Les villages entiers participent à la folklorisation de la culture des Thaï blancs. Initialement réservée aux touristes occidentaux, la vallée est peu à peu fréquentée par les Vietnamiens. En 20 ans seulement, la communauté de l’ethnie Thaï Blanc doit faire face à une Mai Chau disneylandisée.
  • Hoi An : à l’image de Venise, le centre historique est vidé de ses habitants. La partie reconnue par l’UNESCO n’est qu’une carcasse remplie de boutiques et de restaurants. Malgré la bonne conservation des anciennes maisons, le flux touristique est trop important pour vraiment apprécier la beauté du lieu.
  • Nha Trang : véritable « Manhatan du Vietnam », la ville a une allure des stations que l’on peut trouver à Costa Brava ou Costa Del Sol. Depuis une quinzaine d’années, Nha Trang est le fief des touristes russes et chinois.
  • Ile de Phu Quoc :  Le village de pêcheur d’antan s’est radicalement métamorphosé en 15 ans. C’est hallucinant de voir les 4 millions de touristes déferler sur un territoire habité par 100,000 habitants de souche. Ses plages sont découpées en morceaux pour distribuer aux groupes immobiliers, y compris des chaînes internationales. Par la suite, les resorts poussent comme les champignons pour plaire à un public en quête de repos face à la mer.
  • Tunnels de Cu Chi : l’ingénierie touristique a transformé l’ancien site de guerre en une véritable attraction. Les dispositifs sont aménagés pour mettre en valeur la victoire sur les Américains. Les touristes malintentionnés se font prendre en photos devant des pièges à bambou. Pour les amateurs de sensation forte, on peut même prendre une partie de tir avec AK47 !

Pour l’aurez compris, notre but n’est pas de vous décourager d’y aller. En tant qu’agence engagée, notre mission est de vous fournir le maximum de renseignements permettant de réduire votre niveau d’attente. Décrire la réalité des sites touristiques est la meilleure prévention contre une éventuelle déception