Repas dans une famille hanoienne

Mis à jour le: 24/04/2021 | Publié le: 24/04/2021
repas famille hanoienne

Repas dans une famille hanoienne est la meilleure façon de découvrir la culture culinaire de la capitale. Grâce à un réseau des hôtes, vous pouvez désormais passer un moment convivial avec une famille. Notre amie Valerie Zucca partage son expérience

Cet article fait partie de la grande thématique « Histoire de la cuisine vietnamienne ».


La cuisine fait partie intégrante d’un voyage de découverte et peut facilement dévoiler les us et coutumes d’un pays autour d’une table. Mais même si vous choisissez de manger dans les meilleurs restaurants à l’étranger, au fond il vous manquera toujours l’approche authentique de la culture culinaire locale. Vous pensez surement « oui, mais on peut aussi trouver des échoppes pour manger authentique », certes. Il y a quand même une grande différence, entre aller manger au restaurant et manger autrement chez l’habitant, qui reste la meilleure façon pour comprendre la culture locale. Au-delà du repas, cela permet de découvrir non seulement le quotidien d’une famille et son espace de vie, mais aussi les traditions culturelles autour de la table, les bonnes manières selon l’éducation du pays et surtout d’avoir des échanges enrichissants avec vos hôtes. Voilà pourquoi le repas dans une famille hanoienne est la bonne option

Occasion de s’accoutumer à l’art de la table

Les repas chez les Vietnamiens constituent un moment privilégié qui rassemble tous les membres de la famille deux fois par jour. Au cours de la journée, chacun attend impatiemment de retourner chez soi pour se retrouver réunis autour de la table. Chez tous les vietnamiens, la famille fait partie des principales valeurs. Cela comprend le respect des aînés, le culte des ancêtres et le sens de l’honneur.

La « solidarité familiale » est donc très importante et renvoie à l’image du frère qui doit protéger son petit frère, au père qui doit assurer l’avenir des enfants, aux parents qui continuent à aider les enfants même après leur mariage et aux enfants qui doivent assurer leurs devoirs de prise en charge des parents âgés. La société vietnamienne possède aussi une hiérarchie fondée sur l’âge et de nombreux codes de conduite que nous vous proposons de découvrir lors d’un repas dans une famille hanoienne

Apprentissage au coeur de l’authenticité

En effet, manger chez l’habitant séduit de plus en plus de voyageurs en quête de découvertes, d’où le développement de nombreuses plateformes collaboratives telles que Eatwith ou VoulezVousDiner qui proposent des repas chez l’habitant, mais sans pour autant vous assurer de découvrir une cuisine typique du pays et les coutumes qui l’accompagnent. Contrairement à eux, nous vous vous ferons découvrir ce que la population mange vraiment et ce qu’elle vit au quotidien, une véritable immersion culturelle.

Vous dégusterez une cuisine authentique où vous partagerez des plats locaux avec une famille traditionnelle vietnamienne sélectionnée avec soin, en plein cœur du vieux quartier historique d’Hanoi. Vous serez d’abord accueillis autour d’une tasse de thé, afin de faire connaissance avec vos hôtes. Si vous connaissez déjà quelques mots de base en vietnamien (bonjour, merci, au revoir) ou montrez votre envie d’apprendre leur langue, vous ferez très bonne impression !

C’est ici que vous apprendrez les traditions familiales et culinaires du pays. Avant de commencer à manger, la coutume veut que ce soit le plus jeune de la famille qui distribue les baguettes. Si vous avez peur de ne pas savoir vous en servir, pas de panique : entrainez-vous d’abord à la maison en attrapant la première baguette avec votre majeur et votre pouce, un peu comme si vous teniez un crayon (celle-ci ne doit pas bouger). Prenez ensuite la deuxième baguette entre votre index et votre pouce, car c’est celle-ci qui doit bouger pour que vous puissiez attraper les aliments. Prenez votre temps, mais sachez qu’au Vietnam les enfants doivent savoir maitriser les baguettes à partir de 3 ans, sinon ils sont considérés comme mal éduqués.

Un petit conseil si vous décidez de faire une petite pause pendant le repas et que vous ne mangez pas : veillez à toujours bien poser vos baguettes l’une contre l’autre sur votre bol, car les croiser ou les planter dans la nourriture serait perçu comme un signe de malheur ou de mort. En effet, des baguettes plantées debout ressemblent aux bols d’encens ou de riz que l’on place en offrande sur l’autel dans les rites funéraires bouddhistes. Sachez aussi qu’il est très mal poli d’agiter ou de pointer ses baguettes en direction d’autres personnes, car elles pourraient vous échapper et tomber par terre, ce qui porte également malheur.

Croyances autour du service des plats

Au Vietnam, vous remarquerez que tous les plats sont apportés en même temps au centre de la table et chacun se sert selon ses envies dans son propre bol. Il convient de ne pas remplir son bol à ras bord, mais de se resservir en petite quantité à chaque fois, sans mettre la nourriture directement à la bouche. Lorsque vous vous servez du riz, faites en sorte de toujours atteindre un chiffre pair (idéalement deux cuillères), mais surtout jamais trois : ce chiffre de mort est directement lié au culte des ancêtres et vous risqueriez de choquer vos hôtes. Enfin, pour finir les grains de riz au fond de votre bol, vous pourrez vous servir du bouillon de légumes présent sur la table à chaque repas. Il s’agit en fait de l’eau de cuisson des légumes qui se mange comme une soupe.

Alcool comme signe d’hospitalité

Même s’il n’est pas vraiment prévu de se désaltérer au cours des repas traditionnels, il est fort possible que l’on vous offre un ou plusieurs petits verres d’alcool de riz entre deux bols. Lors du repas dans une famille hanoienne, cela signifie qu’on vous apprécie .Au moment de trinquer, tenez votre verre légèrement au-dessous de celui des autres en signe de respect, puis dites un « Chúc Sức Khóe » (santé) avant de boire cul-sec.

Reposez ensuite votre verre et serrez-leur la main (de vos deux mains) avant de retourner manger. Ce rituel sert également à vous présenter à la famille ou aux amis proche, il serait donc malvenu de le refuser. Vous pouvez également prendre l’initiative de trinquer avec eux, ils n’en seront que plus honorés.

Une dernière particularité du Vietnam est que les desserts ne font pas partie du repas, ce n’est pas dans leur culture de finir par une note sucrée. Toutefois, n’hésitez pas à apporter des fruits locaux pour remercier vos hôtes de l’invitation, ceux-ci sont toujours appréciés.

Conseils pratiques pour vivre le repas dans une famille hanoienne

A la fin de la soirée, vous saurez tout sur l’importance de la famille et connaitrez les règles de bases à respecter au cours des repas vietnamiens. En résumé, voici 10 choses simples à retenir pour faciliter l’échange avec la famille d’accueil :

A faire :

  • Apprendre quelques mots en vietnamien
  • Savoir manger avec des baguettes
  • Toujours accepter de trinquer avec votre hôte, quitte à ne pas finir votre verre
  • Prendre aussi l’initiative de trinquer avec eux pour leur faire plaisir
  • Apporter un cadeau typique de votre pays lorsque vous êtes invités chez quelqu’un (chocolats et bouteille de vin sont toujours appréciés). Sinon, apportez des fruits locaux (mangues, fruits du dragon…), mais ne venez pas les mains vides

A ne pas faire :

  • Planter ses baguettes debout dans son bol de riz
  • Se servir un nombre impair de fois (jamais 3 fois)
  • Agiter ou pointer quelqu’un avec ses baguettes
  • Prendre le dernier morceau d’un plat sans y être invité
  • N’embrasser pas les personnes qui vous reçoivent chez eux, ce n’est pas dans leur culture

Van Thai

L’AUTEUR Van Thai

Ayant grandi dans une famille de diplomates, j’ai passé mon enfance expatriée à travers plusieurs pays asiatiques. En quête de sens, mes voyages personnels sont toujours remplis de rencontres humaines, d'immersion culturelle et de découvertes authentiques. Avec mon entreprise familiale, je livre un combat acharné contre le tourisme de masse.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *