Rue du train à Hanoi et Instagram

Publié le: 06/04/2021 à 01:26

La rue du train à Hanoi était un site méconnu sur la carte touristique du pays. Grâce à la magie des réseaux sociaux, ce bidonville devient soudainement un phénomène médiatique qui se place au #2 de Tripadvisor. Alors que le flux de visiteurs est en plein essor, les autorités ont barré l’accès au bout de deux ans. Il est difficile de trancher s’il s’agit du surtourisme alors que les apports bénéfiques sont bien visibles. La réaction de la communauté locale illustre la frontière fragile entre la surfréquentation et la viabilité socio-économique 


Histoire singulière d’un quartier atypique.

Appelé littéralement « quartier de la voie ferrée » en vietnamien, ce hameau long de 500 m est fruit d’une urbanisation récente. Dans les années 1970, l’État a repris le système ferroviaire initié par les Français à l’époque coloniale. Pour faciliter le travail des employés de la compagnie du chemin de fer, on leur a accordé des logements à proximité de la gare Centrale. Les familles de cheminot constituent le premier noyau de la communauté actuelle.

En 1979, la voie ferrée était bordée de pelouses sauvages

Au fil du temps, les foyers s’aggrandissent. Toutefois, face à la crise du logement, les nouvelles générations n’ont pas réussi à trouver un nouvel emplacement pour quitter le nid familial. Les habitants sont contraints de faire un peu de bricolage pour optimiser des espaces existants. C’est pourquoi les étages s’ajoutent les uns après les autres. Par la force des choses, les résidents sont habitués à la nuisance sonore et la vétusté des infrastructures.

Le boom économique de la capitale a attiré des migrants de la campagne à la recherche des emplois peu qualifiés

Les deux décennies 1980-1990 ont vu un changement considérable dans la structure sociale du quartier. Les familles nombreuses de cheminot ne pouvaient plus vivre dans les espaces trop exigus et insalubres. Elles les ont loués aux travailleurs issus de la campagne. C’est cette classe ouvrière qui compose 80% de la démographie actuelle du quartier. Par conséquent, c’est devenu un hameau-dortoir. On y trouve un large éventail de professions libérales : collecte de quincaillerie, cordonnerie, coiffure, nettoyage de mobylette, etc

Les gens du quartier ont appris à vivre en harmonie avec l’insécurité. © Hai Van /  Thoi Dai

Dans un hameau long d’un kilomètre, la vie est rythmée autour des rails. En journée, les chaussées sont une véritable extension spatiale des familles. En symbiose, on s’en sert pour faire la cuisine, sécher des vêtements, élever des poules, ou nettoyer des cages à oiseaux. En fin d’après-midi, toute la vie sociale se passe dehors. Les gosses rentrent de l’école en traversant le passage à niveau. Issus de la campagne, la plupart des habitants du quartier conservent le mode de vie communautaire comme dans leurs villages d’origine. C’est dans cet instant précis qu’on comprend pourquoi Hanoï est une ville villageoise.

Au bout de 40 ans d’existence, les gens de la rue du train ont appris à s’adapter au danger en permanence. Ils ont acquis une aptitude hors pair pour faire face à l’insécurité du lieu. Leur méthode de surveillance se base sur la collaboration collective. Dès qu’on entend le cri du train de loin, tout le monde se met en état d’alerte. On regarde autour de soi pour s’assurer que personne ne traverse des voies par négligence. L’intervention anticipative des habitants remplace par défaut les barrières de sécurité. C’est pourquoi ils n’ont jamais eu d’accidents.

La famille de An et Yen en préparation de cuisine © Fabienne Fong Yan

À l’écart de l’effervescence de la capitale, ces gens travaillent fort pour gagner leur vie. En toute discrétion, ils mènent une vie tranquille en communauté soudée. Et puis soudainement, ce quartier populaire tant boudé par les Hanoïens, devient un phénomène médiatique.

Succès Instagram et surfréquentation

Tout a commencé en 2017. Par hasard, les journalistes vietnamiens ont découvert la rue du train sous l’angle inédit. Ils furent surpris par le mode de vie des habitants et le décor qui nous rappelle des années 1980. Très inspirés par la nostalgie de cette époque, ils ont exploité à fond le sujet lors d’un reportage télévisé. L’émission a suscité la curiosité de National Geographic. À son tour, cette chaîne a réalisé un autre reportage avec une portée beaucoup plus internationale. Quelques mois plus tard, la voie ferrée est devenue un nouveau sanctuaire pour les amateurs de vie virtuelle. La chaîne CNN l’appelle la « rue selfie ».

En deux ans à peine, un endroit naguère « hors des entiers battus » devient soudainement un lieu ultra bondé. En novembre 2018, 7000 images ont été taguées avec #trainstreet sur Instagram. En octobre 2019, il y en a eu plus de 26,000 avec le tag. Sur Tripadvisor, la rue du train était à la deuxième position parmi 107 attractions d’Hanoï

Le quartier attire à la fois le public vietnamien et étranger pour les raisons assez diverses. Pour les Vietnamiens, c’est peut-être le dernier endroit où on peut « capter » un instant du passé. Plusieurs générations ont vécu la misère des années 1980. Face à la modernité effrénée, cette période leur manque. Pour les étrangers, c’est le désir d’exotisme qui les motive. La plupart des touristes viennent des pays développés où leur vie quotidienne est biberonnée par une foule de mesures de sécurité. Assister à une scène anormale leur donne une sensation de liberté éphémère.

Quel que soit le motif, tous les visiteurs se comportent de la même façon. Ils cherchent une expérience hors du commun et prennent beaucoup de photos selfie. Lors des « heures de pointe », on voit à peine des rails envahis par la foule. La voie ferrée se transforme littéralement en une rue piétonne.

Tout devient un décor d’Universal Studio où les touristes se prennent pour les acteurs d’un film d’action. Obsédés par les poses d’Instagram parfaites, ils inventent toute sorte de position. La créativité n’a pas de limite!  Le comportement inapproprié des touristes est très critiqué par Fodor’s Travel

Les visiteurs ne découvrent pas la vie locale. Ils viennent avec un esprit voyeurisme. © Huu Nghi / Dan Tri

Force est de constater que tous ceux qui se posent sur les rails sont des jeunes en quête de sensation forte. Peu de visiteurs s’intéressent vraiment à comment les résidents locaux vivent. Toute leur attention est portée sur le passage du train. À l’image d’un défilé de mode, l’arrivée des locomotives est attendue comme une top modèle. Sur les deux côtés, les spectateurs sont excités et hurlent comme s’ils voyaient Brad Pitt. 

Le rapport entre les touristes et les locaux se réduit souvent à une simple transaction mercantile. Pour profiter de l’achalandage, tout un écosystème commercial est créé : boutique de souvenir, art, habillement.

Voulez-vous une sensation forte? Prenez une bière et asseyez-vous en pleine voie. © AFP

Pour plaire les touristes, certains cafés ont tendance à dépasser les limites.  Plusieurs tables et chaises sont carrément posées en plein milieu des rails. La présence provocatrice de mauvais goût met en danger la vie des visiteurs qui ne savent pas quand les trains vont les écraser.

rue du train hanoi
Le crépuscule est le pic de fréquentation. Les visiteurs se mettent dans les cafés et échoppes pour contempler la magie des trains  © Huu Nghi / Dan Tri

Derrière les photos sublimes se cache une vérité nue : voyeurisme et narcissisme.  Dans un lieu aussi bondé, les visiteurs ne se côtoient pas. Les yeux rivés dans les appareils photo et smartphones, ils sont complètement dans leur bulle égocentrique. C’est un profil typique à l’ère des réseaux sociaux. Concrètement:

  • Prendre des photos narcisse
  • Photographier des habitants comme si c’étaient des objets dans un musée
  • Fréquenter un café pour profiter du wifi gratuit et poster ses photos sur les réseaux sociaux
  • Attitude « checklist » : la durée moyenne passée est 30min et on enchaîne le spot suivant

Le développement anarchique de la rue du train est rapidement dans le viseur des autorités locales. En octobre 2019, l’État a déployé des policiers pour interdire l’accès.

Fermeture controversée et tension sociale

Sous prétexte de garantir la sécurité, les autorités ont verrouillé tout le quartier sans consulter l’avis des résidents. C’est un pur hasard que les autorités auraient tué le tourisme de masse dans l’œuf. Par contre, la fermeture forcée de la voie ferrée a suscité beaucoup de polémique dans la presse locale. La censure d’information veut que l’opinion publique soit alignée avec la décision de l’État. Ainsi, la plupart des médias dénoncent le comportement « débile » des visiteurs et les commerces illicites.

rue du train hanoi

Même si la sécurité est un motif légitime, l’État est maladroit dans cette affaire. Sans préavis ni compensation, son intervention radicale a brisé la vie de plusieurs habitants qui souffrent la précarité depuis plusieurs années. À cause d’une administration de piètre qualité, on colle l’étiquette « SDF » alors que ces gens ont payé toutes les taxes foncières. Victimes des préjugés, ils n’ont aucune aide du gouvernement. Tout ce qu’ils ont obtenu est les promesses de logement social qui n’ont jamais été concrétisées.

rue du train Hanoi
Le tourisme a permis à un couple de retraités d’avoir un complément de revenu décent. © Nhat Ha / Thoi Dai 

Face à la politique hypocrite, la communauté a fait preuve de résilience. Les membres ont dû se débrouiller en occupant des emplois parfois ingrats. L’arrivée du tourisme est considérée comme une bouée de sauvetage magique. La décision de fermeture est comme une douche froide qui vole tout l’espoir d’une vie meilleure. Pour les habitants de la rue du train, il y a un sentiment d’injustice très profond.

Tourisme de masse ou tourisme vertueux?

Compte tenu de l’émergence éphémère du site, il est difficile de trancher la frontière entre les deux formes opposées. Si on met le curseur sur le volume de visiteurs, nous sommes effectivement dans la zone du surtourisme. Selon notre observation, le pic intervient vers 19h. Plus de 1000 personnes se ruent vers les rails, alors que le quartier compte seulement 400 âmes. Les gens viennent spécifiquement à cette heure pour assister au passage du train. Dès que le dernier wagon quitte le quartier, le flux chute drastiquement. Les habitants reprennent aussi tôt la routine. À la nuit tombée, la voie ferrée retrouve son visage mal éclairé .

rue du train

À ce point, on constate que la vie de la rue du train n’est pas trop bouleversée par le développement récent du tourisme. Autrement dit, le flux n’atteint pas encore le niveau de saturité pour déclencher la touristophobie. À part le comportement déplacé des visiteurs, la transformation du quartier va plutôt dans le bon sens. Le tourisme apporte plusieurs impacts positifs pour la vie des résidents.

Valorisation de l’image socioculturelle

Depuis des années 1990, la rue du train subit une image très déficitaire. Dans les yeux du public, ce bidonville est traditionnellement une zone dangereuse où se concentrent des voleurs et voyous. Dans la perception des Hanoïens, c’est un peu comme Saint Denis à Paris ou Montréal Nord. Puisque la zone est peu éclairée au soir, les trafiquants de drogue venaient souvent pour faire du commerce. En outre, les bords du rail étaient d’office une décharge publique. Les passagers du train jetaient sans vergogne des déchets par la fenêtre des wagons.

rue du train
Mr.Lam, cheminot retraité, est propriétaire d’un café. Grâce aux touristes, il devient plus sensible à la propreté des espaces publics.

Le tourisme a apporté un regain de confiance chez les résidents qui étaient en marge de la société. La présence accrue des touristes étrangers a poussé tout le monde de garder l’hygiène du lieu. Les gens ont conscience que la propreté est bénéfique pour le quartier, car cela attire plus de visiteurs. L’image de la voie ferrée est valorisée à travers d’autres actions : ouverture des commerces, rénovation des maisons avec la peinture murale, etc. D’autres artisans et commerçants viennent rejoindre le quartier, ce qui lui rend plus dynamique.  

Naguère un bidonville complètement ignoré, le quartier est désormais un ambassadeur du paysage urbain d’Hanoï. On met en relief la créativité des maisons dans l’aménagement de l’espace un peu à l’improvisation. Les visiteurs viennent contempler un décor photogénique tant flatté sur Internet. Pour la première fois, les habitants sont tellement fiers d’être hanoïens.

Rue du train : amélioration des conditions de vie

Travailleurs non qualifiés, la plupart des habitants ont une vie très précaire. Dans un pays où le système de sécurité sociale est défaillant, les plus démunis doivent se débrouiller et compte sur l’entrepreneuriat pour survivre. Grâce à la notoriété touristique du lieu, leur revenu s’est nettement amélioré. Certains ouvrent le café, les autres tiennent une boutique de souvenir. Le complément financier permet d’arrondir la fin du mois. Plusieurs habitants ont emprunté de l’argent pour se convertir au tourisme. La fermeture sans contrepartie de l’État a coupé cruellement leur espoir d’une vie meilleure

rue du train
Jadis électricien, Nguyen Le Quan gagne autour de 900 USD /mois grâce au café. Maintenant, tout est perdu alors qu’il a encore des dettes à rembourser. ©Thuy Anh / Vnexpress

Perspectives après la fermeture

La fermeture subite de la voie ferrée met en lumière l’incompétence de l’État dans le développement touristique. On voit un contraste frappant entre la réussite d’un site méconnu et l’échec des monuments promus. Il est intéressant de découvrir que le spot ne fait jamais partie des campagnes publicitaires de l’Office du Tourisme national. Cet organisme s’empresse à promouvoir des musées ou monuments. Tandis que les musées et les sites Unesco sont désertés, un endroit atypique devient une nouvelle star sans aucune intervention marketing de l’État. Cela confirme un écart qui se creuse entre l’illusion de l’État le besoin réel des voyageurs. En fait, le Ministère du tourisme est complètement à côté de la plaque.

Les autorités ont commis une erreur basique dans la gestion du flux. Le succès de la voie ferrée renvoie un signal fort au niveau du besoin des visiteurs en quête d’expérientiel authentique. Au lieu de collaborer avec les parties prenantes, l’État bloque tout et ne cherche aucune alternative pour profiter de la manne touristique. On devrait revoir l’encadrement des touristes et travailler étroitement avec des professionnels du secteur pour but de proposer de vraies solutions.    


POUR ALLER PLUS LOIN

Van Thai

L’AUTEUR Van Thai

Ayant grandi dans une famille de diplomates, j’ai passé mon enfance expatriée à travers plusieurs pays asiatiques. En quête de sens, mes voyages personnels sont toujours remplis de rencontres humaines, d'immersion culturelle et de découvertes authentiques. Avec mon entreprise familiale, je livre un combat acharné contre le tourisme de masse.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *